Claire Simon l’exploratrice

Claire Simon l’exploratrice
7 novembre 2019 Angélique Haÿne

Ethnologue de formation, Claire Simon est une exploratrice tant des lieux que des âmes. Son parcours témoigne de sa curiosité intellectuelle et de sa volonté de sortir des sentiers battus : arabisante et berbérisante, elle se forme au montage à la Cinémathèque d’Alger avant de passer par les ateliers Varan (après quelques courts-métrages tournés en autodidacte) qui décideront de sa vocation de documentariste. Documentariste, Claire Simon ? Plutôt réalisatrice inclassable qui tourne avec un égal bonheur fictions et documentaires. Parfois même les deux genres cinématographiques s’entrecroisent-ils autour d’un lieu, ainsi de la Gare du Nord de Paris sujet en 2013 d’un documentaire : Géographie humaine et d’une fiction : Gare du Nord (avec Nicole Garcia).

C’est que les lieux inspirent particulièrement Claire Simon, autour d’eux, elle crée un univers par l’observation, elle révèle la face cachée des choses en traduisant sur la pellicule les propos de Bergson sur l’art « Lorsque nous regardons un objet, d’ habitude, nous ne le voyons pas ; parce que ce que nous voyons, ce sont des conventions interposées entre l’objet et nous ; ce que nous voyons, ce sont des signes conventionnels qui nous permettent de reconnaître l’objet et de le distinguer pratiquement d’un autre, pour la commodité de la vie……Mais celui qui mettra le feu à toutes ces conventions, celui qui méprisera l’usage pratique et les commodités de la vie et s’efforcera de voir directement la réalité même, sans rien interposer entre elle et lui, celui-là sera un artiste » et Claire Simon est une artiste. A travers ce qu’elle observe elle nous donne à voir ce que les lieux révèlent de notre humaine condition. Ainsi de Récréations (1992)  : une cour de maternelle sert de décor à l’éternelle comédie du monde ; les relations de pouvoir, de soumission et parfois aussi d’entr’aide qui structurent nos sociétés sont mises à nu ; d’un lieu singulier elle dégage les structures archétypales qui régissent les relations humaines dans toute société. Ce film touchant et parfois cruel sera diffusé le 16/11 à 16h30 au Ciné St Leu.

L’attention portée aux lieux ne se fait cependant jamais au détriment des personnages, à l’écoute, cette « accoucheuse d’âmes » amène ses interlocuteurs à se livrer, à faire venir au jour des éléments précis de leur passé, des moments importants de leur biographie, ainsi de Mimi (2003) : cette amie de longue date de Claire Simon s’y livre en racontant des fragments de sa jeunesse et de l’histoire familiale, ses premiers émois amoureux en toute confiance et ce récit atteint aux dimensions d’un mythe. La réalisatrice en effet si elle cultive la proximité avec ses sujets, ne craint pas de travailler avec des proches qui se livrent en confiance : c’est son père gravement malade et le soignant de celui-ci dans Une journée de vacances (1983) dont elle recueille les paroles avec beaucoup de sensibilité, c’est sa fille et l’amoureux de celle-ci que dans 800 km de différence-Romance (2001) qu’elle fait parler avec beaucoup de délicatesse de leurs projets et leur ressenti.

On ne saurait résumer en quelques lignes plus de 40 ans de carrière (son premier court-métrage, Madeleine, date de 1976), ni la variété des sujets qu’elle aborde: ainsi La police 1988, premier film primé (au festival de Belfort), pose des questions que l’on pourrait qualifier de philosophiques en interrogeant le rôle du langage en tant qu’il crée une sorte de « surmonde » dans la mesure où il crée un monde qui se superpose au réel et va jusque le supplanter. Rien ne lui est étranger des questions de société : Les Bureaux de Dieu (2008)mettent en scène avec des actrices des consultations du Planning familial, Coûte que coûte (1995) suit pendant 6 mois une PME et nous rend sensibles à ses difficultés financières, ses 23 films longs ou courts métrages, fictions ou documentaires révèlent autant d’aspects de notre société.

Son dernier opus Le Village (2019) répond à de nouvelles questions, un nouveau défi : il s’agit ici d’explorer les mutations d’un petit village de l’Ardèche, essentiellement agricole qui, chaque été se mue en une scène d’un important festival documentaire : les Etats généraux du film documentaire. Comment culture de la terre et culture générale peuvent-elles tricoter ce lien unique au point que Lussas, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a vu sortir de terre une Maison du documentaire et maintenant une plate-forme dédiée au documentaire : « Tënk ». Ces activités culturelles s’articulent avec les activités des champs. Parmi les villageois, chacun essaie de faire vivre son rêve, de le partager et de lui donner une dimension planétaire et il n’est pas que le cinéma qui atteigne cette dimension : les agriculteurs aussi qui vendent leur production sur tous les continents. Les uns comme les autres, vivent, rêvent et luttent, les uns comme les autres sont à la merci des aléas financiers comme météorologiques. Lussas arrive à vivre, à faire vivre les rêves de ses habitants sans rien sacrifier au tourisme (ici pas d’hôtel, on loge chez l’habitant ou à l’extérieur du village). Claire Simon nous livre là un récit au long cours qui couvre quatre années de la vie du village et les interactions entre « imaginaires », ceux qui  inventent des histoires, ceux qui mettent en images d’une part et les terriens qui cultivent vignes ou arbres fruitiers.

Nous avons choisi de vous montrer la totalité des épisodes (52 minutes chacun) de cette série fraternelle qui raconte quelque chose des rêves des hommes.

Ces 10 épisodes seront projetés du 18 au 22/11 salle Orson Welles

Claire Simon assurera par ailleurs une master class, ne manquez pas cette occasion de rencontre avec une cinéaste exceptionnelle. L’entrée est publique mais il est prudent d’arriver en avance.

Anne Marie Poucet

La Masterclass de Claire Simon aura lieu le Mercredi 20 Novembre à 16H, au Petit Théâtre, MCA

Filmographie de Claire Simon
– Le Village (série documentaire en 10 épisodes)(2019)
– Premières Solitudes (2018)
– Le Concours (2016)
– Le Bois dont les rêves sont faits (2015)
– Gare du Nord (2013)
– Géographie humaine (2013)
– Les Bureaux de Dieu (2008)
– Ca brûle (2006)
– Est-ce qu’on a gagné ou est-ce qu’on a encore perdu ? (2005)
– Mimi (2002)
– 800 km de différence – Romance (2001)
– Ca, c’est vraiment toi (1999)
– Sinon, oui (1997)
– Coûte que coûte (1995)
– Histoire de Marie Court métrage (1992)
– Comment acheter une arme Court métrage (1993)
– Récréations (1992)
– Scènes de ménage Court métrage (1991)
– Les Patients (1989)
– Une journée de vacances Court métrage (1983)
– Mon cher Simon (1982)
– Moi non, ou l’argent de Patricia (1981)
– Tandis que j’agonise (1980)
– Madeleine Court métrage (1976)

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!