Tous les films

Tous les films


Toutes les sections


  • Courts métrages : Programme 1 4

  • Partenariat avec l'UPJV 8

    La formation en Master pro « Empreintes du réel » de l'UPJV s'est recentrée sur l'écriture du dossier de production afin d'emmener les étudiants à pouvoir faire financer leurs projets à l'issue des études sans abandonner l'initiation technique qui débouche sur des « films-esquisses ». Huit films seront présentés le samedi 21 novembre.
  • Édition 40 0

    Quelle année ! Notre désir de cinéma est mis à l’épreuve en cette année 2020. Mais notre besoin de lien, d’échange et de partage se veut plus fort et nous a donné l’énergie pour préparer cette 40e édition. Parce que nous croyons qu’en ces temps difficiles et tragiques p…

  • Ouverture et clôture 4

    ***EN OUVERTURE*** Un court-métrage, *Nimic* (avant-première), et deux films au choix : *Rafles sur la ville* (section anniversaire - 40 ans, le bel âge) et *La conspiration des belettes* (avant-première). ***EN CLÔTURE*** *Les deux Alfred* (avant-première).
  • Longs-métrages de fiction 9

    **Une programmation conçue comme un voyage, politique et social, artistique et poétique, à travers le monde.** Écouter et voir les préoccupations des uns, c’est aussi se rapprocher des autres. L'édition 2020 mêle les genres (animation, policier, drame, réalisme magique) et les formes (biopic, choral, intimiste, romantique) pour dire les luttes pour l'identité au Canada (*Kuessipan*) et au Ghana (*Hero*), la justice en Corée (*An old lady*) ou en Iran (*Le diable n'existe pas*), la liberté d’expression en Russie (*The Nose or the Conspiracy of Mavericks*) ou en Turquie (*Ghosts*) et celle d’aimer à Hong-Kong (*Un printemps à Hong-Kong*) et au Japon (*Mother*). Des films poignants, drôles parfois mais tous émouvants, des films primés dans les plus grands festivals (Berlin, Annecy) et des premiers films. Quel plaisir de les partager ! La compétition long-métrage regroupe des films inédits en salle.
  • Courts métrages : Programme 3 5

  • Compétition 0

  • Partenariat avec la Fémis 4

    La Fémis (École nationale supérieure des métiers de l'image et du son), est une école publiqque placée sous la tutelle du ministère de la Culture et du CNC, présidée par Michel Hazanavicius et dirigée par Nathalie Coste Cerdan, la directrice générale. Quatre films de fin d'études réalisés par des étudiants diplômés de l'École (promotion 2020) seront présentés le mercredi 18 novembre.
  • Longs-métrages documentaires 7

    **La programmation de films documentaires regroupe cette année sept films.** Tous disent quelque chose de notre intimité, de notre relation au monde et surtout de notre besoin de témoigner. Le voir et l’entendre raconter par des auteurs est un bonheur infini. La force, la qualité des images et du récit permettent par petites touches délicates d’approcher le cœur même des protagonistes. Nous vous proposons de nombreux voyages : dans les Cyclades (*Express Scopelitis*), sur le fleuve Congo (*En route pour le milliard*), ou au cœur de la forêt centrafricaine (*Makongo*), et même dans des avions de chasse (*Il n’y aura plus de nuit*). Rencontrer des hommes et des femmes qui font preuve d’imagination (*Nardjes A.*) et de courage (*La terre est bleue comme une orange*) pour affronter une réalité et un quotidien pas toujours réjouissant (*Nar*), ouvre nos imaginaires et donne espoir. Tous ces films sont inédits en salle.
  • Courts métrages : Programme 2 4

  • Courts-métrages 12

    **La jeunesse est très présente dans cette sélection.** Un garçon iranien croit au cinéma pour affronter le réel (*Asho*), au Ghana, deux jeunes ont confiance dans la vie (*Da Yie*). Aux États-Unis, la haine transmise par ses parents va mener un garçon de 10 ans au drame (*Skin*), tandis qu’en Colombie elle offre un road trip sensuel (*Heliconia*). Le corps des femmes est évoqué dans l’animation espagnole (*Carne*) ou la métaphore poétique sud-africaine (*Cause of death*), alors qu’au Pérou il disparait curieusement (*La entrega*). La peinture est invoquée pour dénoncer l’horreur de la guerre d’Espagne (*Nuit perpétuelle*). Les deux films de RDC choisissent la musique plutôt que la parole pour dire les violences de la colonisation (*Matata*) ou un Kinshasa halluciné (*Zombies*). Enfin, Nicolas Pernot nous prouve avec humour, que l’amour est essentiel et peut tout surpasser (*Les hors-champs magnétiques*). Au FIFAM, nous en sommes convaincus !
  • Invitation à Jacques Perrin 13

    Acteur au sourire aussi réservé qu’éclatant, il est devenu l’une des grandes figures du cinéma français car il fut un acteur à succès, un producteur par nécessité amicale, et un réalisateur dont la générosité n’a d’égale que le talent. « *Le plus beau spectacle est dans la nature. Il faut rester muet et regarder* » dit Jacques Perrin. Nous, c’est lui que nous allons écouter, en savourant notre chance.

    Jacques Perrin, artiste et artisan

    Les vrais compagnons d’autrefois, ceux qui bâtirent les cathédrales, savaient qu’un bon ouvrier ne peut se contenter de produire un seul chef-d’œuvre à ses débuts. Il doit aller toujours en se perfectionnant, et interroger son …

  • Carte blanche à Rachid Bouchareb 9

    Tous ses films respirent la fraternité. Parfois sources de conflits, de douleurs, mais riches aussi d’entraide, de dépassement de soi et de lumière. Rachid Bouchareb aime les rencontres. « *Je suis convaincu que l’engagement est dans le cœur des artistes C’est pour cela que j’aime à accompagner mes films. C’est la meilleure manière de voir si les spectateurs partagent ma vision du monde…* ». Une belle occasion de débattre et de rencontrer un créateur chaleureux et fraternel.

    Rachid Bouchareb, le fraternel

    1985 : une belle rencontre entre le FIFAM et Rachid Bouchareb. En sélection, son premier long-métrage de fiction, Baton rouge. Le festival, toujours à la recherche de grands cinéastes en devenir, avait senti tout le poten…

  • Conversation avec Macha Méril 3

    Son charme, sa gaieté, son « apparente » insouciance ont forgé la comédienne qui croque la vie à pleines dents, décomplexée et libre, fidèle à la philosophie de sa famille. Il faudra l’écouter nous parler de ces trois films qu’elle vient présenter, elle : la merveilleuse et malicieuse conteuse qui ne recule devant aucun sujet, aussi tabou soit-il. C’est ce que le FIFAM vous propose pour cette 40ème édition : la rencontrer !

    « Malicieuse » Macha Méril

    Quant on est née Maria-Magdalena Vladirminovna Gagarina avec rang de princesse, que votre père était Vladimir Anatolievitch Gagarine prince russe et votre mère Maria Vsevolodovna Bielskaïa de noblesse ukrainienne, que tous deux ont fui av…

  • Hommage à Michel Piccoli 4

    Évoquer Michel Piccoli, c'est convoquer tout un monde : il représente la quintessence de l'acteur tant sur les planches que devant la caméra, il donnait l'impression de tout pouvoir jouer, tour à tour charmeur, roublard, diabolique, calculateur, énigmatique, troublant... Quatre fois nominé mais jamais césarisé, honoré de deux Molière et de prix dans de nombreux festivals, ses choix nous interpellent. Le cinéma de Piccoli est un cinéma moral qui nous invite à voir le monde tel qu'il est et à l'imaginer tel qu'il devrait être. La comédienne Alexandra Stewart viendra évoquer l’ami et complice.

    Michel Piccoli ou l’infinie métamorphose

    Évoquer Michel Piccoli, c’est convoquer tout un monde : il représente la quintessence de l’acteur tant sur les planches que devant la caméra, il donnait l’impression de tout pouvoir jouer, tour à tour ch…

  • 40 ans, le bel âge ! 21

    Un voyage sur "la planète FIFAM" : enthousiasmes, rêves, découvertes et plaisirs partagés.

    Mémoire de nos 40 ans

    Le plus marquant au long des « années festival » a toujours été, pour nous, le moment où, après un long voyage sur la planète cinéma, nous nous trouvions dans un surprenant face à face entre le public amiénois et l’auteur d’un film i…

  • Jeune public 6

    Comme vous en avez pris l’habitude, le Festival International du Film d’Amiens s'enorgueillit de proposer des projections pour tous les âges et toutes les cinéphilies ! De notre hommage à un studio shanghaïen quasi-centenaire à une avant-première pour petits gourmands, en passant par deux petits bijoux contemporains, notre sélection jeune public vous fera rêver, réfléchir et voyager, que vous soyez un enfant, un parent ou tout simplement quelqu’un de goût !
  • Coups de coeur 8

    Un programme pour découvrir des films en avant-première, guidé par nos cœurs et ses raisons. C’est aussi l’occasion de retrouvailles avec la cinéaste Kaouther Ben Hania, que le festival soutient depuis ses débuts, ou Nora Martirosyan, dont le fonds d’aide au scénario a primé l’écriture de *Si le vent tombe* (en 2013). Ainsi qu'une invitation au Arras Film Festival, avec le Grand Prix 2019 : *La saveur des coings*. Enfin, le FIFAM est fier de proposer la toute première projection en France du film de Ariel de Bigault, *Fantômes d'un empire*, qui manie avec une juste distance le pouvoir des images et celui de la colonisation.
  • Partenariat avec la Fémis et l’UPJV 0

    Deux séances rencontres pour découvrir et échanger avec la jeune génération de cinéastes émergents. Dans un premier temps, une rencontre avec les étudiants de la Fémis permettra de découvrir des œuvres de fin d'année de différentes sections (réalisation, production, montage, son). Une deuxième rencontre offrira la possibilité de se (re)plonger dans des documentaires du parcours "Cinéma documentaire : empreinte du réel" de l'UPJV d'Amiens. Deux temps forts pour garder un œil sur demain, et apercevoir tout le potentiel de la nouvelle génération de cinéastes.

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!