Palmarès de la 40ème édition du Festival International du Film d’Amiens

Palmarès de la 40ème édition du Festival International du Film d’Amiens
20 novembre 2020 William Tessier

Le Festival International du Film d’Amiens, dont la 40ème édition n’a pas pu avoir lieu du 13 au 21 novembre 2020 dans sa forme initiale, a tenu à maintenir sa compétition pour les membres du jury.

Trente-six films inédits étaient présentés en compétition :

9 longs-métrages de fiction,

7 documentaires,

13 courts-métrages.

Cette année, Isabelle Giordano présidait notre jury. Elle était entourée de François d’Artemare (producteur), Damien Faure (cinéaste) et Marie-Pierre Bousquet (productrice).

Catherine Lamour (ancienne directrice du département documentaire à Canal +), Marie Bonnel (présidente des Ateliers Varan) et Annick Peigné-Giuly (journaliste) composaient le jury long-métrage documentaire, tandis que le jury des courts-métrages était composé par Bruno Deloye (directeur des chaînes Ciné +), Gabrielle Lazure (comédienne) et Thierry Thieu-Niang (chorégraphe).

Revivez l’annonce du palmarès par les membres du jury, accompagnés par Annouchka de Andrade, directrice artistique du Festival International du Film d’Amiens.


Catégorie long-métrage de fiction

• Grand Prix du jury

Trophée – doté par Canal + d’une valeur de 10 000 € en promotion du film sur le bouquet des chaines du groupe Canal +.

Kuessipan de Myriam Verreault (Canada)

Avec Sharon Fontaine-Ishpatao, Yamie Grégoire

Nord du Québec. Deux amies inséparables grandissent dans une réserve de la communauté innue. Mikuan vit au sein d’une famille aimante, tandis que Shaniss tente de se construire malgré une enfance bafouée. Petites, elles se promettent de toujours rester ensemble. Mais à l’aube de leurs 17 ans, leurs aspirations semblent les éloigner : Shaniss fonde une famille, tandis que Mikuan s’amourache d’un blanc et rêve de quitter cette réserve devenue trop petite pour elle…

Le mot du jury :

« Nous avons tous beaucoup apprécié, d’abord, la forme du sujet, mais aussi la prestation de l’actrice principale : Sharon Fontaine-Ishpatao. Nous avons tous trouvé que ce film nous permettait d’avoir une très bonne idée de ce qu’était la vie quotidienne de cette communauté, de cette culture inuite, au Canada, très particulière, mais qui en même temps nous renvoie à des choses que nous connaissons tous, des formes de racisme et d’incompréhension mutuelle. C’est également un regard bienveillant, quasiment documentaire parfois, sur une communauté que l’on ne connaît finalement assez peu. »

• Prix du Jury

Trophée – doté par TitraFilm d’une valeur de 4 000 € en prestations techniques au réalisateur pour soutenir son prochain film.

Sanctorum de Joshua Gil (Mexique)

Avec Erwin Antonio Pérez Jiménez , Nereyda Pérez Vásquez

Dans une petite ville prise entre les feux croisés des militaires et des cartels, un petit garçon s’inquiète de la disparition de sa mère. Frappée de chagrin, sa grand-mère lui dit d’aller dans la forêt et de prier les éléments naturels pour qu’elle revienne indemne. Alors que les soldats arrivent et que les villageois se préparent pour leur dernier combat, la puissance impressionnante de la nature se manifeste.

Le mot du jury :

« Nous avons tous été assez frappé par cette proposition de cinéma très originale et surtout par la vision très onirique qui nous est proposée. C’est un film à la fois fort sur la forme et dans le fond, et nous suivrons avec beaucoup de bonheur ce réalisateur, parce qu’il nous semble très prometteur ! ».

• Mention Spéciale pour les deux comédiens principaux : Tai-Bo et Ben Yuen

Un printemps à Hong-Kong de Ray Yeung (RAS chinoise de Honk-Kong)

Avec Tai-Bo, Ben Yuen, To Kong, Patra Au

Vivant avec sa femme, Pak est un chauffeur de taxi de 70 ans. Hoi, divorcé de sa compagne, habite avec son fils. Les deux hommes, qui ont vécu toute leur vie sans révéler leur identité sexuelle, se rencontrent au hasard des rues de Hong Kong. À mesure que Pak et Hoi tombent amoureux, ils contemplent un possible futur ensemble.

Le mot du jury :

« Le jury a voulu accorder une mention spéciale à Un printemps à Hong-Kong pour la prestation exceptionnelle des deux comédiens Tai-Bo et Ben Yuen. Nous avons vraiment été impressionné par leur prestation. ».


Catégorie long-métrage documentaire

• Grand Prix

Trophée – doté d’un soutien à la diffusion et à la promotion du film lors de sa sortie en salles par l’association Documentaire sur grand écran.

En route pour le milliard de Dieudo Hamadi (RDC)

Sola, Modogo, Mama Kashinde, Papa Sylvain, Bozi, President Lemalema font partie de l’Association des victimes de la Guerre des Six Jours de Kisangani. Depuis 20 ans, ils luttent pour la reconnaissance de ce conflit et demandent réparation pour les préjudices subis. Excédés par l’indifférence des institutions à leur égard, ils décident de se rendre à Kinshasa pour faire entendre leurs voix.

Ce film a reçu le soutien du programme Final Cut à Venise.

Le mot du jury :

« Le Grand Prix du documentaire est décerné à un film d’une grande puissance, à la fois humaine poétique et politique, et ce ne sont pas là de vains mots. Dieudo Hamadi a suivi durant plusieurs semaines, un groupe d’hommes et de femmes qui luttent depuis vingt ans pour que réparation leur soient faite, suite à la mutilation qu’ils ont subit durant la guerre des six jours. Une guerre qui a sévit entre des groupes rebelles, en 200° et en Kisangani. Une situation et un sujet difficiles, dont le cinéaste a su tirer des moments de grâces : quand ils chantent leur détresse, quand ils rejouent le mo ment du crime ; des moments de colère aussi, quand ils se heurtent au pouvoir indifférent. Il a su jouer au plus juste, avec la beauté et la théâtralité de ce petit groupe courageux. Loin de faire là, le portrait de victimes larmoyantes, il les a accompagné dans leur périple hallucinant, jusqu’à Kinshasa, le long du fleuve Congo, en se tenant à la hauteur de leur dignité. Le film est alors la peinture d’une radeau de la Méduse des temps modernes. Une épopée humaine finalement universelle, celle des survivants de guerres absurdes. »

• Prix du jury

Trophée – doté par TitraFilm d’une valeur de 4 000 € en prestations techniques au réalisateur pour soutenir son prochain film.

Makongo de Elvis Sabin Ngaïbino (Rép. Centrafricaine)

Dans le sud-est de la République centrafricaine, deux jeunes Pygmées, Albert et André, se battent pour l’alphabétisation des enfants de leur communauté. Pour financer leur projet, ils ne comptent pas sur l’aide de l’État, ni sur celle des ONG, mais sur la vente de leur récolte de chenilles : le makongo.

Prix Final Cut à Venise, en 2019.

• Mention spéciale

Il n’y aura plus de nuit de Eléonore Weber (France)

Il n’y aura plus de nuit repose sur des vidéos enregistrées par les armées américaine et française en Afghanistan, en Irak, en Syrie… Le film détourne ces images du discours de propagande dans lequel elles sont généralement prises et montre où peut mener le désir de voir, lorsqu’il s’exerce sans limites.

Le mot du jury :

« Ce film d’archives est troublant sur la nouvelle manière de faire la guerre à distance, avec des avancées technologiques stupéfiantes. C’est un remarquable montage, avec une bande-annonce très nuancée, et le commentaire sur la relation déséquilibré des pilotes d’avion, hors d’atteinte de leur cible au sol incertaine, nous a beaucoup marqué. »


Catégorie court-métrage

• Grand Prix

Trophée – doté par Ciné +, achat des droits et diffusion sur les chaînes du groupe Ciné+

Asho de Jafar Najafi (Iran)

Asho rêve d’être acteur de cinéma. Coiffé d’un chapeau de paille, et accompagné d’un fusil, il prend la pose et joue son plus grand rôle, celui de prétendant et promis à sa cousine Pari. Quand l’imaginaire du petit garçon se confronte au réel, les contours entre fiction et réalité se brouillent.

Le mot du jury :

« C’est un film particulier, à l’apparence d’une chronique pastorale mais qui derrière cette vision cache la description en profondeur de la société iranienne, dans toute sa composante. Ce qui nous permet de suivre un enfant espiègle et cinéphile, que Truffaut n’aurait pas renié. »

• Mention spéciale pour les comédiennes principales : Lindsay Duncan et Sophia Myles

November 1st de Charlie Manton (United-Kingdom)

avec Lindsay Duncan, Sophia Myles

En route pour assister à l’exécution du meurtrier de son fils, Bonnie est déchirée entre appréhension et désir de vengeance. Sa fille, qui la conduit à travers les États-Unis, supporte tant bien que mal cette situation.

Le mot du jury :

« Un couple mère-fille incroyable, qui crève l’écran. La densité et subtilité de leur jeu permet au spectateur de plonger au coeur de l’intimité de l’histoire qu’elles portent et subliment. »

Télécharger
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!