DE Djibril Diop Mambety — Senegal Temps-fort Parents-enfants

Le film culte de Djibril Diop Mambety, présenté dans un format ciné-conte par Fouma Traoré. Un événement pour toute la famille ! · The cult film by Djibril Diop Mambety, presented in a cine-tale format. An event for the whole family!

La Petite vendeuse de Soleil L’histoire

Depuis fort longtemps, la vente des journaux à la criée dans les rues de Dakar était l’apanage des garçons. Mais depuis ce matin cette mainmise est remise en cause. Que s’est-il passé ? Sili - c’est ainsi que l’on prénomme la petite fille - a entre les dix et treize ans. Elle vit sur les trottoirs, se déplace à l’aide de deux béquilles. Elle tend la main mendiante, là où les garçons proposent les journaux. Mais ce matin elle a été violemment bousculée par les garçons ! Elle a roulé sur l’asphalte. Son pagne s’est ouvert, livrant sa fragile intimité. Ses béquilles se sont retrouvées à des mètre d’elle. Elle a dû ramer pour se remettre debout. Elle est profondément vexée. Sa décision est prise. Dès demain, elle vendra les journaux comme tout le monde. Ce qui est valable pour l’homme l’est également pour la femme. Ce petit monde des vendeurs de journaux est sans pitié. Elle y rencontrera la douleur, le rêve et enfin l’amitié. Cette histoire est un hymne au courage des enfants de la rue.

For a very long time, the sale of newspapers at auction in the streets of Dakar was the prerogative of boys. But since this morning this stranglehold has been called into question. What happened ? Sili - that's what the little girl is called - is between ten and thirteen years old. She lives on the sidewalks, gets around on two crutches. She holds out her begging hand, where the waiters offer the newspapers. But this morning she was violently jostled by the boys! She rolled on the asphalt. Her loincloth opened, revealing her fragile intimacy. Her crutches ended up meters away from her. She had to row to get back on her feet. She is deeply upset. His decision is made. Starting tomorrow, she will be selling newspapers like everyone else. What is valid for men is also valid for women. This little world of newspaper vendors is ruthless. She will encounter pain, dreams and finally friendship. This story is a hymn to the courage of street children.

L’avis du festival

Soleil, Soleil… c’est le cri de la vie de Sili. Dakar, Sénégal, le « Soleil », journal quotidien de Dakar concurrent du « Sud ». La vente des journaux à la criée au bord des routes reste l’apanage des garçons. Et pourtant, c’est avec Sili, une petite fille sénégalaise qui déambule en claudiquant avec ses béquilles dans les rues de Dakar que le spectateur voyage en quête de son indépendance et de sa survie. Après une première séquence d’arrestation musclée d’une femme jugée folle, une autre histoire de petites gens nous emmène au cœur de la vie de Sili, pour tenter de nourrir sa famille. Sili chante, danse, parle, argumente, s’oppose à la bande de garçons, ose dire « NON » et se fait une place au « Soleil ». Elle est déterminée contre l’injustice pour elle, comme pour les autres. Djibril Diop Mambety, le réalisateur, parle ainsi de son film : « Une petite fille qui mendie dans les rues comme ça. Elle a des béquilles, elle vit dans la rue. Mais un matin les petits vendeurs de journaux la bousculent. Elle tombe, ramasse ses béquilles. Alors après elle dit : plus jamais ça ; dès demain je fais comme ces garçons là, je vends moi aussi des journaux. Ce qui est valable pour l’homme l’est également pour la femme. Elle va cheminer avec 3 handicaps : premier handicap elle a des béquilles, deuxième handicap elle est une femme, troisième handicap elle n’est pas méchante. ». Une vision de la place des femmes dans la société sénégalaise entre traditions et modernité. Un film qui bouscule, dans tous les sens du terme, les notions d’éducation, de solidarité, de pauvreté et d’amitié. Aidée de Bouba, son ange gardien avec son livre de la lecture à la main et de Moussa en fauteuil roulant , le film nous offre une entrée en empathie avec Sili et ses amis. Un espoir que la solidarité gagne contre la bêtise et la force. La mise en scène subtile de Djibril Diop Mambety s’opère en une narration sous forme de conte philosophique. Un film qui emporte le cœur du spectateur vers une humanité universelle. Les jeunes spectateurs sont portés vers la petite fille pour la défendre et partager sa vie difficile. Tourné en wolof avec un sous-titrage en français, La Petite vendeuse de Soleil est une véritable immersion dans la vie à Dakar. Le Franc et La Petite vendeuse de Soleil font partie d’une trilogie cinématographique inachevée, Histoires de petites gens. Un film comme une véritable expérience de spectateur de cinéma... Paroles d’enfant de CE1 : « Ce film là je l’ai tellement aimé que j’aimerais le revoir ».

Frédéric Schildknecht, membre des Journées Cinématographiques d'Amiens

La durée

43‘
Fiction
Moyen métrage
VOSTFR
Tous publics / U - Universal / G
Senegal · 1998 · Couleur

Scénario Djibril Diop Mambety · Photographie Jacques Besse · Montage Sarah Taouss-Matton · Son Alioune M'Bow · Production Djibril Mambety, Silvia Voser

Contact distribution Jhr Films

Pays de co-production France, Switzerland

La filmographie
  • 1995 Le Franc CM
  • 1992 Hyènes LM
  • 1989 Parlons grand-mère CM
  • 1973 Touki Bouki LM
  • 1970 Badou Boy CM
  • 1969 Contras' City CM
Les projections
Les projections (Ă©dition en cours)
42
16 November 2022

Parents-enfants Temps-fort

14:00 > 14:58
Friday11

    le mĂŞme jour
    Saturday12

      le mĂŞme jour
      Sunday13

        le mĂŞme jour
        Monday14

          le mĂŞme jour
          Tuesday15

            le mĂŞme jour
            Wednesday16

              le mĂŞme jour
              Thursday17

                le mĂŞme jour
                Friday18

                  le mĂŞme jour
                  Saturday19

                    le mĂŞme jour