DE Annemarie Jacir — Palestinian Territories

Un récit simple et sensible du travail de mémoire, du déracinement, du statut de réfugié, de ces populations sacrifiées au nom d'une politique complexe. · A simple and sensitive account of the work of memory, of uprooting, of the refugee status, of these populations sacrificed in the name of a complex policy.

Le sel de la mer L’histoire

Soraya, 28 ans, née et élevée à Brooklyn, décide de rentrer s’installer en Palestine, le pays d’où sa famille s’est exilée en 1948. Dès son arrivée à Ramallah, Soraya cherche à récupérer l’argent de ses grands-parents gelé sur un compte à Jaffa, mais elle se heurte au refus de la banque. Sa route croise alors celle d’Emad, un jeune Palestinien qui, au contraire d’elle, ne souhaite qu’une chose, partir pour toujours. Pour échapper aux contraintes liées à la situation du pays mais aussi pour gagner leur liberté, Soraya et Emad devront prendre leur destin en main, quitte à transgresser les lois. Dans cette course à la vie, ils nous emmèneront sur les traces de leur Histoire en Palestine perdue.

Soraya, 28 years old, born and raised in Brooklyn, decides to return to settle in Palestine, the country from which her family was exiled in 1948. As soon as she arrives in Ramallah, Soraya seeks to recover the money of her grand-parents, frozen on an account in Jaffa, but it is met with the refusal of the bank. Her path then crosses that of Emad, a young Palestinian who, unlike her, only wants one thing, to go away forever. To escape the constraints linked to the situation in the country but also to gain their freedom, Soraya and Emad will have to take their destiny in hand even if it means breaking the laws. In this race for life, they will take us on the trail of their history in lost

L’avis du festival

Nombre de pays ou régions de cinéma ont, au long de ces dernières décennies, développé leur nouvelle-vague. Il en est de même pour le moyen-orient et la Palestine en particulier. Sur place ou depuis l’exil. Soraya, débarque de New-york, pour trouver les traces de son grand-père chassé de sa maison familiale en 1948. Le sel de la mer est un beau chant d’amour à sa patrie, il est centré autour de l’idée d’utopie. Dès le début, le séjour de Soraya en Palestine va être un parcours semé d’embûches L’univers visuel du film (check-points, patrouilles de police, murs de séparation…) est celui de l’enfermement. L’horizon est sans cesse bouché, réduisant les personnages à la survie… Pour Soraya, le retour aux États-Unis se fera plus vite que prévu. Avec humour, révolte et nostalgie, le film dessine un constat d’échec : Soraya s’en retourne vite aux États-Unis. Le constat est amer mais porteur de poésie. L’élégance du désespoir ?

Jean-Pierre Garcia, cofondateur du FIFAM.

La durée

109‘
Fiction
Long métrage
Tous publics / U - Universal / G
Palestinian Territories · 2008 · Couleur

Scénario Annemarie Jacir · Photographie Benoît Chamaillard · Montage Michèle Hubinon · Musique Kamran Rastegar · Production Jacques Bidou, Marianne Dumoulin · Avec Suheir Hammad, Saleh Bakri, Riyad Ideis

Contact distribution Pyramide distribution

Pays de co-production France · Costumes Hamada Atallah

Les projections
Les projections (édition en cours)
41
15 novembre 2021

15:30 > 17:34
vendredi12

    le même jour
    samedi13

      le même jour
      dimanche14

        le même jour
        lundi15

          le même jour
          mardi16

            le même jour
            mercredi17

              le même jour
              jeudi18

                le même jour
                vendredi19

                  le même jour
                  samedi20

                    le même jour