DE Henri-François Imbert — Germany, France Avec invitéHenri-François Imbert

Le réalisateur armé de sa caméra et de ses souvenirs part à la recherche d'un ami de son père jusqu'au Mali. · The director, armed with his camera and his memories, goes in search of a friend of his father as far as Mali.

Doulaye, une saison des pluies L’histoire

Quand j'avais huit ans, Doulaye est parti travailler à Oran en Algérie. Ils s'écrivaient régulièrement avec mon père et deux ans plus tard, en 76, Doulaye lui a annoncé qu'il rentrait au Mali. Mais il n'a jamais écrit du Mali pour dire qu'il était bien arrivé. L'été dernier, je me suis rendu compte que cela faisait déjà 20 ans que Doulaye était parti, et que depuis des années déjà, j'attendais qu'il réapparaisse.

When I was eight years old, Doulaye left to work in Oran in Algeria. They wrote regularly with my father and two years later, in 76, Doulaye announced to him that he was returning to Mali. But he never wrote from Mali to say that he had arrived safely. Last summer, I realized that it had already been 20 years since Doulaye had left, and that for years already, I had been waiting for him to reappear.

L’avis du festival

La beauté d’un film documentaire réside parfois dans sa capacité à intervenir, dans le pouvoir qu’à le cinéma de changer une vie. Les films d’Henri-François Imbert ont ce charme, cette magie. Comme dans Sur la plage de Belfast programmé dans la section ArchiVives, Henri-François Imbert part enquêter avec sa caméra et son doux regard. Et nous sommes pris.es comme dans un polar, suspendu.e.s à ce fil, espérant le cœur battant qu’il retrouve cet ami de son père perdu de vue depuis des années, l’accompagnant dans cette quête un peu folle qui le mène au Mali. Il n’a presque rien, un nom, un visage vague mais nous croyons au miracle. Et le miracle est là, quel que soit le dénouement. Il a lieu dans les rencontres que fait le cinéaste au fur et à mesure de son voyage, toutes ces personnes croisées et filmées avec autant d’importance et d’écoute. Le miracle existe au coeur du cinéma généreux, lumineux et profondément humaniste d’Henri-François Imbert. Alors que ce film a été montré au FIFAM et dans d’autres grands festivals à sa sortie voilà plus de vingt ans, nous sommes particulièrement fièr.ere.s de le retrouver aujourd’hui et de présenter la version restaurée qui rend honneur à son beau grain de pellicule.

Marie-France Aubert, directrice artistique

La durée

80‘
Documentaire
Long métrage
VO(fr)
Tous publics / U - Universal / G
Germany, France · 1999 · Couleur

Scénario Henri-François Imbert · Photographie Henri-François Imbert · Montage Marianne Rigaud, Henri-François Imbert Imbert · Son Henri-François Imbert · Musique Silvain Vanot · Avec Madou Diarra, Soundié Coulibally, Youssouf Coulibaly, Saada Kone, Drissa Kone, Ousmane Touré, Bakary Soumano, Adama Danioko, Aminata Ba

Les projections
Les projections (Ă©dition en cours)
42
17 November 2022

En présence de • Henri-François Imbert

16:00 > 18:00
Friday11

    le mĂŞme jour
    Saturday12

      le mĂŞme jour
      Sunday13

        le mĂŞme jour
        Monday14

          le mĂŞme jour
          Tuesday15

            le mĂŞme jour
            Wednesday16

              le mĂŞme jour
              Thursday17

                le mĂŞme jour
                Friday18

                  le mĂŞme jour
                  Saturday19

                    le mĂŞme jour